Blog

Inspiring belief in a better tomorrow. Equipping kids with the tools to build it.

Ingrid, "Hacker Mom" chez HacKIDemia

Retour sur le {Kids hack the city} du 27 novembre à l'IESA Paris

Qui êtes-vous et quel est votre parcours ?

Ingrid Thonet

Ingrid Thonet

Après des études très classiques (bac ES, prépa sciences Po/normale sup, magistère d’économétrie), grâce aux hasards de la vie et de façon complètement autodidacte, je deviens conceptrice graphique dans le « Print ». Je travaille en indépendante, pour ma société (durant 9 ans), puis en agences de communication, en freelance et chez un grand acteur de la vente à distance pendant 5 ans où j’occupe un poste au Marketing Direct pour 16 pays.
Décidée à enrichir mes connaissances, je découvre avec passion l’univers du web toute seule, reprends mes études à l'IESA multimédia, m’intéresse à l’aspect conceptuel de ce média au travers de l’ergonomie, de l’expérience utilisateur et du Design Thinking. Je suis actuellement UX Designer dans une startup et passionnée par mon travail.

Pourquoi vous êtes vous intéressée à la création d’ateliers pour enfants ?

Découverte d'Arduino

Découverte d'Arduino

Je suis maman d'un petit garçon de 6 ans et demi, passionnée par les nouvelle technologies, j'ai rapidement cherché un moyen de partager et transmettre à mon petit "sujet d'expériences" !
Ayant préparé le concours de Maîtres des écoles, j'ai commencé à m'intéresser il y a plusieurs années aux enseignements parallèles et à l'expérience dans les apprentissages. Partisane du "Learning by Doing" et de l'autodidaxie (très prégnante dans nos milieux professionnels), après des mois de recherches et d'approfondissements sur les méthodologies d'apprentissage parallèle (STEAM, STEM, Montessori…) et au gré des rencontres (notamment avec Hackidemia dont je suis membre active), j’avais à l’esprit de généraliser une pratique quotidienne avec mon fils pour des ateliers collaboratifs !

 

Comment avez-vous impliqué votre fils dans votre projet ?

A la maison on a toujours été très « Design Thinking », on fait des expériences chimiques, électriques, on fabrique des objets, on peint, on crée et par exemple très tôt avec des parallèles pratiques comme par exemple superposer des dessins qu’on a fait sur des calques avant de lui montrer Photoshop (quand il avait 5 ans). Aujourd’hui on manipule scratch, on va sur l’ordinateur pour chercher des réponses à ses questions…
On fait des vidéos où l’on explique les expériences qu’on fait car le partage c’est très important, et je veux qu’il apprenne à transmettre ses connaissance « sans calcul », qu’il explique lui-même… qu’il soit « acteur » de ses apprentissages !

Quelles observations en avez-vous retirées ?

L'électricité c'est magique !

L'électricité c'est magique !

Ce que je constate c’est qu’il faut c’est susciter la curiosité et la collaboration. A 7 ans mon père m’a mis un fer à souder dans les mains, à 9 ans je commençais sur Atari, j’ai toujours bidouillé, bricolé, fabriqué, débuggué… finalement ce que je constate c’est que ça rend curieux, ça donne envie d’apprendre tout le temps, d’être à la fois autonome mais aussi de collaborer, car à plusieurs on est toujours meilleurs, de s’adapter, ça aide à dépasser la toute puissance de la machine, ça aide à être pro-actif face aux technologies à l’innovation… Et c’est très grisant de créer ou solutionner ! Passionnant même !
Bref c’est une autre manière d’envisager l’apprentissage et aujourd’hui où les nouvelles technologies sont souvent décriées, si l’on arrive à rendre les enfants pro-actifs plutôt que de leur interdire de s’en servir, on aura gagné !


Comment pensez-vous que les parents devraient s’impliquer dans ce type de projet ?

Programmation et interaction avec Scratch et Makey Makey

Programmation et interaction avec Scratch et Makey Makey

Je pense qu’on ne doit pas interdire à nos enfants de prendre le train de l’avenir ! Il faut par la pratique, l’expérimentation, les aider à apprivoiser les nouvelles technologies, l’information, la conception… Qu’ils deviennent décisionnaires, innovateurs, inventeurs de leur propre avenir !
Pour cela, il faut susciter dès le plus jeune âge, passion, curiosité, expérimentation même si celle ci passe par l’échec.
Il faut revoir la culture de l’échec, car se tromper fait partie de la vie, apprendre à réparer ses erreurs, débugguer, hacker, créer, ça fait des petites têtes bien faites, indépendantes et créatives !
Apprenons-leur à réparer, inventer, échouer… par l’expérience, des tests, l’adoption d’un comportement actif ! C’est fondamental pour la confiance en soi car on se sent capable de relever tous les défis !

 

Comment pensez vous que ce mouvement va évoluer ?

Des petits et des grands tous passionnés !

Des petits et des grands tous passionnés !

Il n’y a pas de créativité sans limite ! Et on vit dans des milieux de plus en plus contraints : pauvreté, technologies au développement fulgurant, maladies… On est donc à un moment charnière ou face aux problèmes existants il faut apprendre à créer et solutionner par l’innovation !
Toutes cette démarches auprès des enfants sont destinées à leur donner des outils et des concepts pour qu’ils soient les décideurs, les solutionneurs de demain !
Apprenons leur que la créativité, l’empathie, la passion, l’envie d'apprendre et la collaboration sont LES solutions aux problèmes d’aujourd’hui et qu’ils peuvent vraiment être maitres de leur avenir !
Une de mes citations préférées : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Mark Twain.

Comment envisagez-vous de continuer cette action sur Paris ?

Hackidemia est une organisation mondiale qui oeuvre dans 25 pays et qui mène une action de fond incroyable grâce au travail acharné de ses fondateurs et de ses bénévoles incroyablement impliqués pour faire évoluer les choses dans des pays où les contextes socio-culturels sont parfois extrêmement défavorisés. Ils viennent notamment de monter un projet en Afrique, Afrimakers (que je vous encourage vivement à découvrir, à partager et à soutenir) où ils vont étendre cette démarche en local pour favoriser le partage, la transmission de connaissance et la collaboration entre les pays !
En France, même s’il y a beaucoup à faire, la démarche est différente, l’idée est de favoriser la création et l’innovation au travers des arts, des sciences et des nouvelles technologies pour les enfants et aussi de montrer que l’ingénierie, les sciences, les technologies ne s’adressent pas qu’aux petits garçons. J’ai à coeur d’éveiller les petites filles à ces valeurs qui formeront les vrais acteurs de demain.
Mon association monte ses propres ateliers dès janvier pour promouvoir la création et l'innovation par l’expérimentation et la pratique manuelle après des petits dans différentes écoles.
Mais échange et collaboration avec HacKIDemia restent le maitre mot car leurs actions restent sans équivalent, nous partageons des valeurs fortes qui sont sans conteste la clef de nombreux problèmes actuels !
Et puis quand on entre dans la communauté des Makers, c’est une grande famille ;) !

 

Galerie photos de l'événement à l'IESA multimédia